Vous êtes ici : Accueil > CerTICa > Mon développement de compétences > Activité de transfert 1

Activité de transfert 1

Contexte et objectifs de la séance.


Avant-dernière séance d'un cycle d'inititation totale avec 3 stagiaires. Nous voyons la photo numérique.

Au terme de la séance, les stagiaires doivent être capables, après une brève théorie, de :

 

transférer les photos depuis un appareil vers un ordinateur

 

en

 

connectant l’appareil photo (ou carte mémoire) à l’ordinateur

trouvant l’emplacement de la carte mémoire et l’ouvrir

copiant-collant les photos souhaitées dans un nouveau dossier sur l’ordinateur

renommant ce dossier

supprimant les photos de la carte mémoire.

Avant

D'ordinaire, pour cet exercice, j'étais essentiellement transmissif.

 

Je montrais les différentes étapes que les apprenants devaient faire pour transférer des photos et ils le faisaient en même temps que moi. Chacun travaillait seul. Ensuite, je rédigeais au tableau les étapes-clé (connecter l'appareil, poste de travail, trouver appareil, copier ce qu'on désire, aller où on désire coller et coller) et ils devaient, à nouveau seuls, refaire l'exercice en entier.

 

Je surveillais le bon déroulement de l'exercice chez chacun, corrigeant, le cas échéant, de mauvaises manipulations. Et ces corrections étaient très nombreuses, je devais souvent remontrer les étapes sur écran pour qu'ils parviennent finalement à réussir l'exercice. Et je ne pouvais pas considérer l'exercice comme réellement réussi car ils n'y étaient vraiment pas parvenus seuls.

 

Et pour preuve qu'ils n'y arrivaient pas seuls, quand je leur demandais au cours suivant s'ils étaient parvenus à refaire la manipulation, la réponse était en grande partie non.

Pendant

J'ai souhaité, pour cet exercice, et pour la première fois, faire travailler les stagiaires ensemble. Je leur ai donc donné les explications et j'ai vraiment insisté sur la valeur de l'exercice et son utilité. Le transfert de photos d'un appareil vers l'ordinateur est une demande récurrente de la part des stagiaires. Cela leur évite, par ailleurs, de devenir SDcartophiles à leur insu.
a
Avec un fil rouge des étapes-clé à suivre au tableau (cfr ci-dessus), je leur ai demandé de se regrouper derrière un stagiaire et de réaliser l'exercice complet. L'exercice a donc été fait 3 fois au total. Je ne suis pas intervenu pendant la réalisation de l'exercice.
a
Les 2 vidéos ci-dessous ont été tournées (si tant est qu'on puisse appeler cela du tournage...) lors de la mise en pratique de cet exercice.

Dans la 3ème vidéo, on peut voir que les stagiaires ont un petit souci et sont un peu perdues vers la fin. Mais on constate peu avant que la vidéo ne se termine qu'elles trouvent une solution par rapport à un problème dont je n'avais pas spécialement parlé. Elles ont été capables de s'adapter. 

J'ai tenu, lors de cet exercice, à développer leur motivation. Je voulais, qu'en groupe, ils soient capables de s'entraider et soient fiers d'arriver au résultat attendu.

 

Le modèle de Viau s'applique bien à cette situation. Après avoir insisté sur la valeur et l'utilité de cette tâche, je leur ai demandé si elles se sentaient capables de refaire l'exercice et je leur ai laissé contrôler la manipulation. Il y a eu un réel engagement de leur part dans la tâche et en persévérant elles sont parvenues à réaliser l'exercice. Au final, je voyais vraiment qu'elles étaient contentes, que ce soit aux sourires, mais surtout aux petits commentaires tels que "ça change, c'est bien !", "c'était chouette".


Après

J'ai le sentiment que le modèle de Viau a bien été appliqué dans cette animation.

 

J'ai constaté la réussite de l'exercice chez chaque stagiaire même s'ils rencontraient de petits problèmes. Au final, les objectifs fixés au départ ont été atteints. Le fait d'être en groupe les a fortement aidé. Elles étaient au même niveau et aucune stagiaire n'a voulu prendre le dessus sur l'autre ou monopoliser les explications. Donc l'entraide à bien fonctionné et les a surtout motivées. De plus, elles avaient toutes les 3 bien conscience de la valeur de la tâche car elles possèdent un appareil photo numérique et ne savaient pas comment mettre leurs photos sur ordinateur.

J'ai donc constaté la réussite de l'exercice le soir même mais cela ne me disait pas si elles seraient capables de réitérer l'exercice à la maison. J'aurais du justement leur demander de refaire l'exercice à la maison et de m'en faire le retour à la séance suivante. J'ai constaté avec beaucoup de plaisir que cela n'a pas été nécessaire. Elles ont d'elles-mêmes directement essayé chez elles. Et elles sont parvenues à copier leurs photos sur leur PC. Chez certaines, de nouveaux dossiers vides trainaient suite à des tests mais trônaient fièrement à leurs côtés des dossiers parfaitement nommés.

Je n'ai pas laissé les stagiaires choisir l'activité en question mais c'était une attente commune et je les ai laissées en très grande partie prendre le contrôle de l'activité. Le fait de se débrouiller toutes seules et de trouver elles-mêmes des solutions dans un exercice aussi complet leur a prouvé qu'elles étaient compétentes.

Sur la pyramide de Bloom, les stagiaires ont atteint le dernier niveau, la synthèse.

Donner du sens aux activités, leur laisser le (les) choi(x) dans les activités sont des facteurs qui jouent sur leur motivation. Je sais qu'à l'avenir afin de motiver mes stagiaires, je pourrai à nouveau me baser sur le modèle de Viau.